Skip to content

Accueil > Français sur objectifs spécifiques - FOS > Le FOU - français sur objectif universitaire

Le FOU - français sur objectif universitaire

le samedi 22 septembre 2012, par Lamia Boukhannouche

Un programme de formation « Français sur objectif spécifique » ou « français sur objectif universitaire » permet aux apprenants d’acquérir les compétences langagières, disciplinaires et méthodologiques nécessaires à la réussite de leurs études universitaires. Ce projet de formation les aide aussi à intégrer de façon optimale les différentes composantes de l’université. Son objectif vise à la fois un perfectionnement et un approfondissement des connaissances générales et spécifiques en langue française dans les disciplines universitaires de la composante que veut intégrer un étudiant.

Introduction

Parmi de nombreux étudiants qui viennent de systèmes universitaires différents, et avec une certaine base linguistique, beaucoup d’entre eux désirent bénéficier d’un accompagnement d’intégration universitaire, qui généralement se présente sous des formes diverses, mais qui méritent d’être largement revues. L’objet majeur de cette intégration réside dans une formation linguistique, correspondant aux besoins générés par des situations langagières exigeantes. Autrement dit, cette formation de langue se réalise à l’aide d’une méthodologie qui a pour objectif de répondre de la façon la plus correcte possible aux réels besoins d’un public particulier en recensant l’ensemble des situations de communication les plus présentes auxquelles ce public est confronté, et ce, pendant la formation linguistique ou après l’activité professionnelle. Ainsi, un questionnement s’impose et porte sur un nouvel aspect de la démarche FOS adapté dans un contexte universitaire et qu’on appellera FOU .

1. Application du FOS en milieu universitaire

Le français sur objectifs spécifiques est né du souci d’adapter l’enseignement du FLE à des publics adultes souhaitant acquérir ou perfectionner des compétences en français pour une activité professionnelle ou des études supérieures. (Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, 2003, p.109)

En effet, il s’agit d’un français conçu dans le but de répondre aux besoins spécifiques des apprenants. Il met en application des méthodologies et activités au service des disciplines en question et il vise l’appropriation linguistique de ces activités.

En gros, le FOS se diffère du français général au niveau lexical et des situations de communication, il demande, dans les situations d’enseignement spécifiques, une méthodologie différente par rapport à l’enseignement du français général et vise plutôt un public qui possède déjà des connaissances de base de la langue française.

Toujours dans cette même dimension, nous avons un autre concept qui commence à gagner du terrain dans les milieux didactiques et qui n’est qu’une déclinaison du FOS. Il s’agit bel et bien du FOU, c’est-à-dire, français sur objectif universitaire. C’est une spécialisation au sein du FOS visant à préparer des étudiants à suivre des études supérieures dont la langue d’enseignement est le français.

Le FOU se distingue par certaines spécificités qui permettent d’assurer des cours dits aussi spécifiques. La prise en compte de ces caractéristiques constitue une condition préalable pour garantir l’efficacité de toute formation dans ce domaine et elles concernent trois points principaux :

  • Diversité des filières universitaires Le FOU se distingue avant tout par la diversité des disciplines universitaires visées par les apprenants : le droit, la médecine, la chimie, etc.
  • Besoins spécifiques Les besoins spécifiques sont une des caractéristiques principales des publics de FOU. Un public donné veut apprendre non le français, mais plutôt du français pour agir dans les différents milieux universitaires. L’application du FOU rend les apprenants capables de comprendre des cours, prendre des notes, lire des livres spécialisés, passer des examens, rédiger des mémoires ou des thèses, etc. D’où la nécessité d’axer sur cette dimension des besoins avant même de procéder à l’élaboration des cours en vue d’y mieux répondre.
  • Facteur temps Le public-étudiant est limité par le temps pour suivre des formations de FOU. Cela dépend également de la formation universitaire (cycle court, moyen ou long) dans laquelle il s’est engagé. Cela veut dire que la formation linguistique doit respecter un délai rigoureux ayant pour objectif de répondre aux besoins du public engendrés par des situations de communication langagière.

Hormis les exigences prescrites pour assurer une bonne formation en FOU, dans le même contexte, les cours ont pour objectif de développer une compétence d’ordre universitaire chez les apprenants. Cette compétence universitaire se distingue par trois composantes principales :

  1. Composante institutionnelle L’étudiant dès sa rentrée universitaire a besoin d’être muni d’une compétence lui permettant de comprendre l’organisation de son université, de ses différents facultés et départements. Comme il doit être sensibilisé aux diverses démarches et procédures administratives que n’importe quel candidat subit.
  2. Composante culturelle Étant dans une université d’accueil française, l’étudiant peut bénéficier d’une panoplie de cours sur l’histoire et la civilisation française ainsi que de visites de sites ou de monuments historiques l’aidant à s’enrichir davantage en terme de culture du pays d’accueil et favorise par ailleurs sa bonne intégration.
  3. Composante linguistique et méthodologique Il s’agit de développer des connaissances linguistiques nécessaires (lexique, grammaire, etc.) pour que les étudiants puissent suivre les cours dans leurs domaines visés : comprendre le cours, prendre des notes, poser des questions, etc. Les cours de FOU devraient développer en outre certaines compétences méthodologiques qui aident à réaliser des tâches universitaires telles que : participer à un colloque, préparer une communication, prendre la parole devant un public spécialisé, rédiger un article, déterminer une problématique, synthétiser un document élaborer un plan de recherche, rédiger un mémoire ou une thèse, etc.

Ainsi, les composantes citées plus haut sont indispensables pour la préparation des étudiants aux études supérieures en France, il en est de même pour une situation hors de France. En effet, dans un pays où le français est langue d’enseignement supérieur, la problématique est aussi pertinente, mais légèrement différente dans la mesure où les étudiants ne sont pas « étrangers » dans leurs universités. Il s’agit d’une situation d’intégration à un nouvel environnement de travail et de langue différent de ce qu’ils ont connu auparavant, où la langue française considérée comme première langue étrangère tel est le cas en Algérie, devient langue d’enseignement et de communication universitaire à côté de la langue maternelle ou de la première langue apprise à l’école.

Dans les deux cas, l’enjeu consiste à élaborer, nous l’avons dit le dispositif le plus complet et le plus cohérent devant répondre aux réels besoins d’un public spécifique en tenant compte des différentes contraintes matérielles et institutionnelles qui se posent. D’où l’intérêt de réfléchir sur une déclinaison de la démarche FOS (J-M Mangiante et C Parpette, 2004) et concevoir une méthodologie pour la mise en place d’une formation sur mesure, la plus cohérente et réaliste possible.

2. Démarche du français sur objectif universitaire

D’après J.M Mangiante et C. Parpette (2011), une formation linguistique dans un centre de langue ou dans l’université porte essentiellement sur la langue, la méthodologie, l’aspect culturel et institutionnel. Il s’agit de dimensions importantes pour l’intégration des étudiants dans l’enseignement supérieur. Cet état de fait nous amène à nous interroger sur une démarche didactique à mettre en œuvre afin d’élaborer un programme de formation optimal dans un délai de temps limité.

Les auteurs nous proposent une déclinaison de la démarche FOS. Il s’agit de l’élaboration d’un programme de FOU qui passe par une étape centrale, à savoir la collecte des données précédée par l’analyse des compétences langagières à développer chez les apprenants ayant pour objectif l’intégration universitaire. La collecte réunit l’ensemble des documents qui serviront de supports de formation. Cette initiative de conception de programme FOS-FOU est censée prendre en compte également toutes « les contraintes matérielles et temporelles » pour agir en toute urgence.

On parle de déclinaison, car la démarche FOS en elle-même est loin de répondre aux besoins d’un public hétérogène aussi bien sur le plan de compétences linguistiques, de provenances culturelles que de systèmes éducatifs, généralement assez divers.

J.M Mangiante et C.Parpette nous le font savoir :

Néanmoins, mettre en place une démarche FOS suppose de traiter un public homogène dans son projet de formation et dont les besoins relèvent d’un même ensemble coordonné. Est-ce le cas avec des publics étudiants venant de filières et de niveaux d’études différents, relevant de niveaux de langue divers, originaires de cultures et de systèmes éducatifs variés, et se retrouvant dans le même cours en présentiel, que ce soit avant leur arrivée ou tout au long de leurs études en France ? (p.42, 2011)

Cela explique qu’une méthodologie FOS, bien qu’elle réponde « sur mesure » à une demande de formation ciblée, elle ne peut s’accommoder d’un contexte institutionnel exigeant. D’où la nécessité de mener sa réflexion sur une façon de concilier les besoins du public et le contexte institutionnel qui l’accueille. Cette réflexion conduit à la conception d’un programme FOU qui se déroule en fonction des étapes de la démarche FOS :

  • Identification de la demande : Une demande peut être formulée dans le cadre d’un partenariat entre l’université d’origine et l’université d’accueil afin de mettre en place un stage de préparation linguistique pour un public précis et homogène.
  • Analyse des besoins : Il s’agit d’une étape qui mène à un recensement de situations universitaires et des compétences exigées à partir d’enquêtes menées auprès des étudiants et des enseignants de disciplines. Les besoins d’un étudiant universitaire sont la compréhension d’un cours, TD ou TP, la maitrise des productions écrites (dissertations, commentaires, etc.) et les présentations orales (exposés oraux…).
  • Collecte des données : Les données en milieu universitaire sont réparties en deux genres : nous avons ce qu’on appelle les données existantes qui sont constituées en discours oraux ou documents écrits recueillis sur le terrain. Et des données appelées sollicitées qui sont collectées à partir d’entretien, de test ou d’interviews menés auprès des acteurs de l’université (enseignants, étudiants, administrateurs, secrétaires, etc.).
  • Analyse des données : Il s’agit d’une étape précaire pour le concepteur du programme FOU dans la mesure où elle nécessite un tri et un choix très précis qui laisse une bonne partie des données recueillies de côté. De plus, l’enseignant-concepteur découvre des discours dotés de caractéristiques très diverses (lexicales, discursives, syntaxiques) devant les traiter d’une manière minutieuse dans un laps de temps limité.
  • Élaboration didactique : La conception des unités didactiques nécessite la détermination d’une stratégie disciplinaire (données propres à telle ou telle discipline) ou transversale (contenus pour étudiants de disciplines différentes), de contenus notionnels à aborder, de traitement technique des données (son, extrait), de type d’activités (travail de classe, travail de groupe), et des dispositifs d’enseignement-apprentissage (en présentiel ou à distance). La mise en place d’une formation FOU représente de nombreuses contraintes institutionnelles. D’abord, le facteur temps, nous l’avons déjà dit, est considéré comme un axe important pour la bienfaisance de la formation. Le volume horaire exigé dans l’enseignement des contenus reste insuffisant puisqu’en moyenne, une université consacre 20 à 30 heures par semestre à la formation linguistique. La diversité des contextes aussi bien du côté des institutions (programme de partenariat, financement individuel de la formation, etc.) que du côté du public (niveau de langue, culture, nationalité, etc.) entraine des mises en œuvre très distinctes. C’est l’existence des contraintes institutionnelles et la diversité des contextes qui amène à concevoir finalement une formation FOS-FOU. La conception est censée respecter, nous l’avons mentionné ci-dessus, les étapes de la démarche FOS.

Après l’analyse des besoins qui s’appuie partiellement sur le ressenti de l’apprenant et sur le point de vue d’autres acteurs de l’institution (responsables de filières, enseignants de spécialité, personnel administratif), l’enseignant réunit toutes les situations de communication que vit ou vivra l’étudiant au sein de l’université. Les situations peuvent être d’ordre oral comme comprendre un cours magistral, présenter un exposé oral ou d’ordre scriptural tel que comprendre un texte de spécialité, rédiger une dissertation, etc. L’analyse des besoins doit être vérifiée et peut être modifiée en fonction de la collecte des données sur le terrain.

P.-S.

Mots-clés
Français sur objectif spécifique, formation linguistique, contexte universitaire


4 Messages

  • Le FOU - français sur objectif universitaire Le 25 septembre 2012 à 11:03, par Emmanuelle

    Bonjour,

    Je me permets de vous signaler un ouvrage qui viendra utilement compléter cette formation :

    Le français sur objectif universitaire
    de Jean-Marc Mangiante et Chantal Parpette

    repondre message

  • Le FOU - français sur objectif universitaire Le 24 octobre 2012 à 17:59, par Olivier Douyere

    Bonjour,

    Cet ouvrage peut-il être utilisé pour travailler les compétences linguistiques et communicatives au sein d’un groupe préparant une licence de Francais ?

    repondre message

    • Le FOU - français sur objectif universitaire Le 29 octobre 2012 à 10:02, par Lamia Boukhannouche

      Cet ouvrage s’adresse principalement aux enseignants de français langue étrangère amenés à mettre en œuvre des programmes d’intégration d’étudiants étrangers dans l’université française. On étudie dans ce livre, les aspects institutionnels et pédagogiques de cette intégration et on analyse les différentes tâches universitaires que les étudiants sont appelés à réaliser à partir d’un corpus disciplinaire très varié. Cet ouvrage vous sera utile pour former vos étudiants à réfléchir sur la façon de concevoir plus tard un programme de renforcement linguistique mis à la disposition des étudiants étrangers venant se spécialiser dans une discipline universitaire dont la langue d’enseignement est évidemment le français.

      repondre message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.