Skip to content

Accueil > TICE, multimédia et FLE > La simulation globale

La simulation globale

enfin un loft utile !

le jeudi 5 août 2004, par Aurore Capriles

Quitte à avoir des élèves enfermés dans une salle de classe à l’insu de leur plein gré comme dirait l’autre ou parce que c’est leur choix (voir l’opposition public captif / non captif) autant mettre en place une pédagogie version deuxième millénaire.

Dans la perspective historique de Christian PUREN, après l’approche communicative des années 80, nous sommes maintenant, depuis le milieu des années 90, dans une nouvelle approche pédagogique appelée "approche actionnelle". Celle-ci propose de mettre l’accent sur les tâches à réaliser à l’intérieur d’un projet global. Mais ce projet, quel est-il ?

« Prenez un lieu, de préférence clos : une île, un immeuble, un village, un hôtel, etc. Faites-le investir et décrire par des élèves qui imagineront en être les habitants... Utilisez ce lieu-thème comme lieu de vie pour localiser toutes les activités d’expression écrite et orale (...). Vous obtenez ainsi une simulation globale. » Voici ce qu’on peut lire en guise d’introduction au dos du fameux livre de Francis Yaiche, Les simulations globales, mode d’emploi.

Ce titre d’ailleurs n’est pas anodin et fait écho à l’une des œuvres majeures de la littérature oulipienne : La Vie, mode d’emploi de Georges Perec, roman qui coordonne le temps d’un instant (vers 20 heures, le 23 juin 1975) et dans l’espace parfaitement circonscrit d’un immeuble parisien (au 11, rue Simon-Crubellier), une pluralité d’histoires, de personnages, de mondes même.

Allusion faite aux années fondatrices, pendant lesquelles le BELC (Bureau pour l’Enseignement des Langues et de la Civilisation), héraut tragique de la mise à mort du manuel, tente de révolutionner les méthodes d’enseignement en s’appuyant sur le plaidoyer oulipien (Ouvroir de Littérature Potentielle) lequel pose la contrainte comme auxiliaire précieux à l’épanouissement de l’imaginaire (voir par contraste la pensée surréaliste à la même époque).

Ainsi donc, avec la simulation globale, nous voici face à une pédagogie de l’imaginaire. Imaginaire du lieu, puisque la salle de classe se transforme, le temps d’une simulation, en terra incognita, en village ou en château. Pédagogie des masques aussi puisque les élèves ne sont plus des élèves mais des explorateurs, des naufragés, des astronautes, guidés dans cette folle aventure par le maître... du jeu. Jouer à la vie réelle en classe de langue à l’heure de la récré-réalité, qui l’eût cru ?

Nous nous situons là aux confins de l’approche communicative qui, quoi qu’on dise, n’offre que des ersatz de communication authentique entre apprenants. La simulation globale va permettre une mise en situation véritable, pendant laquelle la langue sera envisagée comme un outil et non plus comme un objet de savoir (d’où l’idée de mort du manuel...). A partir de là, le virtuel appelant le virtuel, les simulations globales ne pouvaient pas faire l’impasse sur Internet.

La simulation globale et ses avatars

Les simulations globales sont des projets de longue haleine, recréer un monde ne se fait pas en une séance, et les nombreuses productions qui en découlent vont devoir être triées, répertoriées et conservées ; d’où l’intérêt d’avoir à disposition un ordinateur, qui évitera au maître du jeu et aux participants d’avoir à se soucier d’une conservation et d’un classement papier qui occasionneraient perte de temps et complications.

Dans son livre sur les simulations globales, Francis Yaiche fait allusion à la fonction statistique des ordinateurs, qui permet d’intégrer la probabilité et le hasard sans avoir à effectuer soi-même des opérations impliquant de très nombreuses variables ; ainsi, si l’on veut avoir recours au hasard pour poser quelques principes de jeu, on peut se servir de la méthode dite de « Monte-Carlo » comme dans ces livres dont vous êtes le héros qui nécessitent l’usage de dés -donc du hasard- pour combattre les créatures ennemies rencontrées en route.

D’autre part, pour se développer, la simulation doit s’appuyer sur la recherche documentaire, l’exploitation de ressources en tout genre. Quoi de plus naturel donc que d’aller butiner la Toile pour y extraire, suivant le thème donné, les informations utiles à l’élaboration d’une personnalité nouvelle (qu’est-ce que c’est qu’être Français ? Comment pense l’Américain de base ?...), à la mise en place d’un système politique, à la découverte d’un pays étranger ? Ainsi, des naufragés pourront s’intéresser au climat qui règne dans les îlots du Pacifique, des astronautes pourront s’enquérir de la température qu’il fait sur Mars ou du phénomène de trous noirs ...

L’utilisation informatique dans le cadre des simulations globales ne s’arrête pas là.

En 1997, un projet pilote lancé par Ademirnet donne naissance au premier livre collectif à l’échelle de la planète ; quelques deux cent cinquante étudiants européens et américains reliés par Internet se lancent dans l’aventure et deviennent les habitants virtuels de l’immeuble parisien du 109, rue Lamarck, Paris 18è.

L’idée est tirée de L’Immeuble de Francis Debyser, ouvrage pédagogique utilisé pour les simulations globales en classe de français langue étrangère :

« Vous n’allez pas construire un immeuble anonyme où personne ne se connaît ; la vie de l’immeuble est faite de communications ; vous allez imaginer et jouer ces scènes. Certaines seront très simples : Mme X rencontre M. Z dans l’escalier ; ils se saluent et échangent une ou deux phrases sur le temps qu’il fait. D’autres seront un peu moins banales : la mère Michel demande au père Lustucru de l’aider à retrouver son chat... »

Le professeur animateur d’Ademirnet a joué le rôle de la concierge Yvonne Chopard. Elle recevait par courrier électronique tous les messages venus du monde entier, puis elle les regroupait et les rediffusait à tous les locataires. Voici ce que l’on nous apprend de la vie de l’immeuble sur la page Internet consacrée au projet :

« La vie de l’immeuble était très animée et il s’en est passé des choses au 109, rue Lamarck : un baptême chez les Fisher du 6ème, un vol, une pétition contre les mauvaises odeurs des Martin, des histoires d’amour, une grève, et bien sûr des tas de potins... Nous avons aussi imaginé des visages pour nos personnages simulés et par e-mail toutes les (fausses) photos ont circulé ! »

Les productions des habitants ont toutes été rédigées en français, y compris par les étudiants américains et allemands, et l’on voit bien l’intérêt pour les classes de langue de mettre en place ce genre de projets pédagogiques hautement formateurs.

From : gvincent@mbay.net (J. Vincent H.Morrissette) USA Californie-Monterey Santa Catalina School

Nous voudrions nous plaindre des odeurs qui proviennent de la famille MARTIN. Ces odeurs empestent notre appartement ainsi que tout l’immeuble. Nous songions à envoyer une note à la concierge et, si elle n’y remédie pas, à faire circuler une pétition contre la famille. Nous aurons, bien sûr, à frapper aux portes de nos voisins pour leur demander de signer la pétition. En même temps, nous devrons faire connaissance et apprendre ce que d’autres ont sur le cœur...

BIZARRE. Perdu : mon dragon-lézard

Mon dragon-lézard est perdu. Est-ce que vous l’avez vu ? Car c’est vraiment gênant. Il est très mignon, avec des crocs et deux petit cornes sur la tête. Il est vert, et ailé. Il a quatre pieds avec des griffes. Il est curieux, et déprime, alors fermez votre fenêtre, gardez le couvercle des W.C. fermé, parce qu’il pense que c’est un aquarium. Si vous l’avez vu, donnez-moi un coup de fil, s’il vous plaît. Daryne Lefée, USA, Denver.

Cette correspondance asynchrone a permis aux étudiants de s’investir plus avant dans un travail linguistique qui n’aurait pas les mêmes vertus sur le babillard, pour reprendre la terminologie canadienne. L’usage des messageries instantanées, bien qu’envisageable dans le contexte de projets pédagogiques tels que la simulation globale, ne présente pas les avantages de relecture, de correction orthographique, de travail sur la forme stylistique ou sur le plan des idées qu’un échange asynchrone permet de mettre en place. Le chat, quoiqu’ utile si l’on veut converser avec des gens de toutes nationalités, relève plus de l’oral, de l’éphémère .. verba volant, scripta manent, c’est bien là le problème.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, rien ne vaut l’empirisme ! Allez donc jeter un œil sur les sites suivants et devenez vous aussi les héros de l’Hôtel, du Cirque, de l’Entreprise (pour le français des affaires), devenez acteurs de l’histoire et aidez les Pères Fondateurs sur le site de la Déclaration d’Indépendance : 1776, ou découvrez le Canada du 19è siècle en visitant le Village Prologue.

P.-S.

Pour les passionnés, à lire absolument :

YAICHE F., Les simulations globales, mode d’emploi , Hachette, 1996

DEBYSER F., YAICHE F. : L’immeuble. Hachette, 1986.

Sur l’utilisation du courrier électronique en classe :

MAGNIN M. - "A Report from the University of San Diego : E-Mail and the French composition Class." The Dong-Eui International Journal - Dong-Eui University, Pusan, Korea.
Des exemples de scénarios réalisés par des étudiants de maîtrise FLE :

http://www.u-grenoble3.fr/espace_pedagogique/maitrise.htm

Et pourquoi pas :

PEREC G. : La vie mode d’emploi. Hachette, 1978.


12 Messages

  • > LA SIMULATION GLOBALE : enfin un loft utile ! Le 8 août 2004 à 10:39, par José SEGURA

    Bonjour,

    pour compléter votre article, je me permets de vous signaler le site de l’immeuble 2004 en Ariège...Il s’agit des textes écrits par les élèves non francophones des collèges de ce département. Bien sûr, le canevas s’est appuyé sur l’ouvrage de Francis Debyser, l’immeuble. Par ailleurs, le site a été réalisé grâce à un système de publication original, le WiKi, qui a permis aux jeunes eux-mêmes de mettre en ligne leur texte.

    repondre message

  • > LA SIMULATION GLOBALE : enfin un loft utile ! Le 10 août 2004 à 11:38, par Yves Marcoux

    Il faudrait également
    mentionner dans la série "Simulations
    globales"
    l’excellent manuel
    "L’ENTREPRISE" de
    Philippe Brochard
    & Cie
    aux Editions HACHETTE-
    FLE

    Ymarc

    repondre message

  • > La simulation globale Le 23 septembre 2005 à 15:17, par Het

    Bonjour, j’aimerais savoir s’il existe des canevas de simulations globales spécifiques pour un public d’apprenants enfants. Merci.

    repondre message

    • > La simulation globale Le 23 septembre 2005 à 21:30, par Jérôme Carujo

      Certainement :-) L’exemple le plus connu est « le cirque », une simulation globale pour la construction d’un cirque : choix des animaux et des numéros, de l’affiche et des villes où planter le chapiteau. Les différentes étapes et activités possibles sont expliquées et détaillées sur le site de Susanne Hirsch (lien ci-dessous).

      Bonne lecture.

      repondre message

      • > La simulation globale, le cirque Le 1er octobre 2007 à 15:12, par Odile

        Bonjour,
        je recherche le livre (certainement epuisi, vu la difficulte) de J.-M. Care et C.-M. Barreiro sur le theme du cirque. Avez-vous des pistes ??
        Merci d’avance,

        repondre message

      • > La simulation globale Le 7 mai 2008 à 00:15

        salut chere Susanne !
        j’ai lu tes mots qui appaisent car j’etais a la recherche de quelqu’un pour m’aider à me lancer sur un travail concernant les simulations globales et je n’ai rien sur le sujet...j veux dire comme documents ;livres,articles,revues parconsequent je vous remercie beaucoup si vous pouvez m’aider car je prepare un majister et j’au choisi comme theme "le role des SG dans l’enseignement du FLE " dans une université algerienne.....MERCI BCP de me repondre...a+

        repondre message

    • > La simulation globale Le 7 octobre 2008 à 17:28, par Francis

      On peut faire mille et une simulations avec les enfants (de quel âge d’ailleurs ?). Le Cirque et L’île bien sûr, (façon Vendredi de Tournier ou The Lord of the flies de W Golding) mais aussi le village intergalactique, médiéval, de vacances, genre camping ou club med, le village olympique, le village de fourmis à la façon de Bernard Verber, ou encore le village d’Astérix (j’ai eu une très belle histoire d’Abélix, la soeur jumelle d’Obélix), etc.
      L’imagination doit prendre le pouvoir !

      repondre message

  • La simulation globale Le 21 septembre 2006 à 16:07

    Bonjour, la simulation globale sur l’île que j’ai menée avec ma classe de CE2 s’accorde parfaitement avec le programme de ce niveau. L’expérience avec mes élèves a été très fructueuse. Les productions d’écrits en tous genres (récit, information, narration...) ont fusées ! Elles n’étaient plus considérées comme d’interminables corvées ! Pourtant le pari était loin d’être gagné à l’avance car la population de ma classe est en majorité originaire de pays arabes et par conséquent avec de gros problèmes dans le domaine de la langue.
    Je me prépare cette année à réitérer cette expérience peut-être sur un autre thème...?
    J’encourage tous les indécis à "sauter le pas" sans plus tarder !

    LA BEDOUINE - ARABIE SAOUDITE

    repondre message

    • La simulation globale Le 7 mai 2008 à 00:05

      salut la bedouine !
      En lisant le mot que t’a laissé afin d’encourager tt le monde à" sauter le pas "comme tu le dis, je te remercie, et tu vois deja q j te tutoies ca r je te considère deja comme une amie ;bref, voilà,je suis un étudiant en M1,et j veux tenter l’experience des simulations globales sur des étudiants en 1ere année universitaire.Est-ce que je peux compter sur toi pour m’aider ? En me fournissant quelques idées sur le travail que tu as effectué sur tes élèves et si tu as quelques references utiles ou des ouvrages sur les simulations globales+les jeux de roles et sache que je te serais reconnaissant à vie....Merci d’avance ....reponds moi stp

      repondre message

    • La simulation globale Le 3 novembre 2008 à 09:54, par santiaguita

      Bonjour,
      je suis également très intéressée par votre travail d’autant plus que je souhaite réaliser une simulation globale avec des apprenants adultes mais ayant des niveaux très hétérogènes, du niveau alpha en passant par illettré et puis FLE/FLS. Mais je suis sure qu’on peut faire quelque chose, et je pensais au thème de l’ile, alors même si votre travail est fait pour un public enfant, ben ça m’intéresse ! Merci d’avance

      repondre message

  • La simulation globale Le 26 mars 2009 à 16:01

    salut,
    qulles est la défirence entre jeu de roles et simulation globale ? et je veux quelques idées concernant le jeu de roles

    repondre message

  • La simulation globale Le 31 juillet 2011 à 14:07, par zeery

    Bonjour,
    je voudrais tenter pour la première fois une simulation globale avec ma classe d’étudiants chinois qui ont un niveau "avancé" B2.
    Je veux absolument développer leur oral, et il semble que le "je" authentique leur pose des problèmes c’est pourquoi il me semble qu’une simulation globale pourrait être une réponse à mon problème. cependant je lis beaucoup d’articles sur le sujet et trouve des activités écrites mais comment est-il possible de mettre en place cette simulation dans une optique d’oral. j’ai 15h avec cette classe et espère pouvoir enfin les faire communiquer un peu plus. Je vous remercie par avance

    repondre message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.