Skip to content

Accueil > Didactique de l’image, de la vidéo en FLE > La bande dessinée en classe de FLE

La bande dessinée en classe de FLE

le jeudi 6 décembre 2007, par janina tomimoto, Jean-Marcel Morlat

En quoi la bande dessinée peut-elle être le point de départ d’activités orales ou écrites dans la classe de FLE ? Afin de donner des éléments de réponse à cette question, nous proposons à travers cet article une réflexion sur la BD comme outil pédagogique.

Picasso a un jour eu une réflexion étonnante qui va nous permettre d’aborder cette réflexion sur la bande dessinée en classe de FLE avec le ton qui convient : « La seule chose que je regrette dans ma vie, c’est de ne pas avoir fait de bande dessinée. » Cette boutade résume ainsi la place qu’a pu prendre la BD dans le monde des arts et son aspect incontournable. Passe-temps dénigré pendant un temps, cet art s’est hissé à une place qui n’a rien à envier au roman, au cinéma ou aux autres formes d’expression artistique. Notre questionnement est le suivant : en quoi la bande dessinée peut-elle être le point de départ d’activités orales ou écrites dans la classe de FLE ?

Afin de donner des éléments de réponse à cette question, nous proposons à travers cet article une réflexion sur la BD comme outil pédagogique. Après avoir évoqué l’intérêt pédagogique de ce type de document authentique, nous proposons certains principes pour l’utilisation de la BD en classe de FLE et pour finir une fiche d’activités à partir d’une bande dessinée de Peyo que l’on pourra réutiliser en période de fin d’année.

1. La bande dessinée : réflexion sur les supports utilisables dans la classe de FLE

La BD est un document authentique des plus vivants et des plus motivants qui offre différents atouts. Annie Baron-Carvais dans un Que Sais-Je ? consacré à la bande dessinée résume parfaitement cette nouvelle manière d’aborder ce type de document authentique : « La BD est de plus en plus utilisée pour l’apprentissage des langues. On la qualifie de « langage libérateur ». Un coopérant a choisi les Schtroumpfs pour aider les enfants gabonais à s’exprimer correctement en français ; déjà traduit en 57 langues et dialectes, Astérix en Corse pratique la langue locale en 1993. Nombre d’éditeurs se servent de la BD pour les langues étrangères (cf. La BD, Clé International ; Go Speedy, Bordas ; Spiderman et Fosdick, Press Pocket Books). Le très sérieux dictionnaire Harrap’s s’est mis à l’heure de la BD avec Tintin au pays des mots, suivi d’un manuel de grammaire sur le même ton.

D’autres BD donnent l’occasion aux élèves de s’entraîner à préciser leur vocabulaire : Popeye le marin ignore allègrement la syntaxe et la grammaire et écorche tous les mots ; Achille Talon, qui s’exprime de façon délicatement désuète mais ironique, permet de se livrer à l’exercice inverse, traduire la pensée du héros en vocabulaire courant. Si l’on oublie l’aspect sarcastique des réflexions de ce personnage, on trouve son pendant aux Etats-Unis avec le Surfer d’Argent, dont l’anglais oxfordien étonne plus d’un Américain. En Afrique noire, les professeurs partent d’une BD muette pour « faire parler, inventer, réfléchir ».
En avril 1982, un professeur constate lors d’une enquête sur les manuels d’anglais de Terminale (Cahiers pédagogiques, no 203, avril 1982, p. 15.) : « La BD n’a fait qu’une apparition tardive et bien modeste dans les manuels de langue, et elle n’est que rarement l’objet d’une exploitation pédagogique. » Aujourd’hui les comics, phénomène culturel américain, figurent dans les manuels scolaires de Terminale. Parmi les livres de français destinés aux Français, Nathan sort en 1983 un recueil de Textes français (classe de 4ème) où la partie « Documents-Magazines » présente « la BD : Héroïnes d’hier et d’aujourd’hui », et la rubrique « Savoir-faire » cite les étapes de la création d’une BD ». [1]

Il est certain que d’un point de vue culturel [2], la BD est en France et dans le monde francophone un véritable phénomène de civilisation, qui permet de mieux faire comprendre à des apprenants étrangers un comportement culturel différent. Selon les thèmes, on pourra discuter, débattre et faire ressortir des éléments de civilisation pertinents et si le dessin s’y prête, analyser les clichés qui en découlent et ainsi améliorer la compétence socio-culturelle des apprenants. De plus, la langue de la BD est une langue de tous les jours, qui de par son style conversationnel, permet de travailler sur des situations variées et des registres de langue différents, sans oublier de mentionner un atout très important : l’humour.

2. Principes d’utilisation

Même si ses possibilités d’utilisation en classe sont multiples, il s’agira tout d’abord de comprendre une BD globalement à partir de l’observation de l’image, du dessin, de réfléchir sur les procédés graphiques, de développer l’expression orale, en bref d’introduire le document. On visera ensuite à un entraînement à la compréhension écrite et à l’expression orale, la BD devenant ainsi un véritable déclencheur d’expression : raconter l’histoire selon différents points de vue, trouver un titre, imaginer ce qui s’est passé avant, ce qui se passera après, imaginer le contenu des bulles, trouver le mot de la fin, réviser et enrichir son vocabulaire, manipuler certaines structures grammaticales et des actes de parole en situation authentique. On passera enfin à l’expression orale pure, en développant la créativité des apprenants. Il est par exemple possible de jouer et de mettre en scène les dialogues de la BD, ou ceux inventés par les apprenants. Il faut cependant garder à l’esprit que l’on peut également montrer un dessin humoristique dans un pur esprit de détente ou de décontraction lorsque que son sujet se rapporte à celui de la leçon. Un album complet pourra, de même, illustrer un cours de civilisation.

3. Mise en pratique de la démarche pédagogique : un exemple de fiche pédagogique : que faire avec une BD, au moment des fêtes de fin d’année ?

Les bandes dessinées, en tant que documents authentiques, permettent aux enseignants de FLE d’effectuer un travail bénéfique et positif pour les apprenants ; ils permettent d’allier apprentissage et créativité. Leur aspect ludique et leur richesse (culturelle, lexicale et grammaticale) favorisent une manière de travailler différente, en classe et avec les apprenants. Quand la fin de l’année approche, pourquoi ne pas réfléchir à la façon dont on peut enseigner le vocabulaire des fêtes de fin d’année ? Nous proposons ici quelques pistes.

L’objectif, au niveau méthodologique, est de développer l’indépendance et l’initiative face à des documents authentiques (une BD), en variant les situations et les supports et de comprendre la BD sans passer par les mots, en s’appuyant sur les images, et arriver à une compréhension globale du document. Au niveau lexical, il s’agira d’apprendre et d’utiliser les expressions des fêtes de fin d’année, et au niveau civilisationnel, de comparer les différentes coutumes (et expressions) selon les cultures. Le public concerné est un public de débutants et de faux-débutants, (jeunes) adolescents ou adultes. Pour le matériel, on se munira de la photocopie de la BD Que voeux-tu ? (Boule et Bill de Roba) au texte caché, sans la dernière case (DOC 1), de la photocopie de la BD avec le texte sans la dernière case (DOC 2), de la photocopie de la BD complète (images et texte) dont on aura fait disparaître certaines catégories de mots, selon le point à réviser, concoctant ainsi un exercice à trous (DOC 3), et de la photocopie de la BD complète (DOC 4). Il s’agira à travers cette activité d’une durée de deux heures de permettre aux étudiants de s’habituer au travail par deux, par trois, etc. ; le professeur, véritable facilitateur, doit passer dans chaque groupe et donner les conseils nécessaires, corriger les productions écrites et orales.

Pendant le cours, le professeur fait circuler les BD muettes (DOC 1), et propose aux apprenants de travailler par deux. Il leur demande ensuite de reconstituer l’histoire oralement (dans la langue cible, dans le cas de niveaux plus avancés) à partir des images et d’imaginer une fin ; cette première approche permet d’expliquer le contexte, de définir les personnages et leurs actions, de décrire leur environnement physique et social. Il est important d’analyser le comportement gestuel des personnages et de définir leurs relations, leur mode d’interaction. Les apprenants confrontent leurs idées et émettent des hypothèses. Dès que le thème a été cerné (la période de fin d’année), le professeur enseigne les différentes expressions aux étudiants, qui en connaissent peut-être déjà certaines. Citons des expressions comme Bonne (et heureuse/joyeuse) année, Bonne année, Bonne santé, Joyeuses fêtes, Meilleurs voeux, Tous mes voeux de bonheur pour la nouvelle année. Les expressions sont nombreuses, on peut également introduire des formes avec des verbes conjugués : Je (te) vous souhaite une bonne année. Selon le niveau des apprenants on enseigne le vocabulaire utile. Chaque groupe doit ensuite inventer le dialogue des personnages à partir des images. Le professeur passe dans les groupes afin de les aider et de les corriger.

Chaque groupe lit son dialogue et interprète les personnages. Le professeur assure un feed-back. Les apprenants sont bien sûr séparés selon le nombre de personnages. Le professeur distribue la BD avec son texte mais sans la dernière vignette (DOC 2). Les apprenants lisent la BD et comparent les dialogues d’origine aux leurs. On explique le jeu de mots contenu dans le titre, ainsi que la conjugaison du verbe vouloir. Ils imaginent ensuite le contenu de la dernière bulle par deux et comparent avec les autres apprenants.

Le professeur donne la BD complète et les apprenants comparent leurs différentes chutes, les possibilités étant multiples. Puis il demande aux apprenants de cacher le DOC 3 ; il leur distribue la BD sur laquelle il aura confectionné un exercice à trous ; ils ont dix minutes pour faire l’exercice. Cette activité permet de réviser le vocabulaire et/ou de tester la mémoire des apprenants. Elle peut être proposée comme quiz / contrôle de connaissances.

Le professeur demande aux élèves de se regrouper par deux, de prendre la copie de leur partenaire et de la corriger en s’aidant de la BD complète. On termine le cours sur une discussion concernant les fêtes de fin d’année, en comparant les différentes coutumes et cultures ; on peut également demander aux apprenants de jouer la scène en guise de révision.

Bibliographie

BARRON-CARVAIS Annie, La bande dessinée, « Coll. Que Sais-je ? », Paris, Presses Universitaires de France, 1994.
CORRÉARD Marie-Hélène (Dir.), BRÉTÉCHER Claire, Oxford French Cartoon-strip Vocabulary Builder, Oxford, Oxford University Press, 2000.
RUNGE A., SWORDJ., La BD : la bande dessinée satirique dans la classe de FLE, Paris, CLE International, 1987.
« Passion BD. », Le Nouvel Observateur, 23-29 janvier 2003, pp. 57-62.


Notes

[1Annie BARRON-CARVAIS, La bande dessinée, « Coll. Que Sais-je ? », Paris, Presses Universitaires de France, 1994, pp. 78-79.

[2Nous aimerions reprendre une citation d’Umberto Eco citée dans le Que Sais-Je sur la bande dessinée : « Lorsque l’étude de la bande dessinée aura dépassé le stade ésotérique et que le public cultivé sera disposé à y prêter la même attention soutenue qu’il apporte aujourd’hui à la sonate, à l’opérette ou à la ballade, on pourra — à travers une étude systématique de sa signification — dégager son importance pour l’élaboration de notre environnement quotidien et de nos activités culturelles. »

2 Messages

  • La bande dessinée en classe de FLE Le 20 septembre 2008 à 00:52, par fado

    Bonsoir
    En tant que professeur de français je pense que la bd est un moyen efficace pour améliorer l’oral au collège.L’apprenant serai amené à imaginer l’histoire que traduit cette bd.

    repondre message

  • La bande dessinée en classe de FLE Le 7 décembre 2012 à 12:38, par Martino

    Bonjour,

    Je m’appelle Dimas et suis étudiant du FLE de l’Indonésie. Je suis pour l’instant en train de finir mon mémoire dont le titre est Classroom action research pour augmenter la compétence de grammaire des lycéens qui apprennent le français, en utilisant la BD française comme le media d’apprentissage.
    J’ai fini ma recherche au lycée, mais, je m’inquiète un peu parce que je n’écris pas beaucoup de théories sur l’utilisation de BD en classe de FLE car ici on ne trouve vraiment pas les livres qui en parlent. Dans 3 semaines je devrai tout finir. Alors, pourriez-vous me donner quelques théories sur mon sujet ? aidez moi, s’il vous plaît...
    Même si vous avez des théorie sur la grammaire. J’en veux bien.
    Je vous remercie infiniment de votre compréhension.

    Bien cordialement

    Dimas Martino
    PS : Pour que mon mémoire réussisse, je suis obligé de citer les théories des livres français. au moins 10 livres.

    repondre message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.