Skip to content

Accueil > Didactique de la grammaire française > Exploitation d’un document authentique : "Octobre" de F. Cabrel

Exploitation d’un document authentique : "Octobre" de F. Cabrel

le mercredi 15 octobre 2003, par Magali Lemeunier-Quéré

Document authentique : « Octobre » de Francis Cabrel
Voici, à partir de la chanson « Octobre », quelques propositions d’activités ayant trait à la maîtrise des futurs, à la compréhension orale et écrite, à l’expression orale et écrite.

Cette fiche d’exploitation vient compléter l’article : « Créer du matériel didactique : un enjeu et un contrat »

Fiche d’exploitation


Objectifs :
Grammaire : le futur pour introduction au futur antérieur
Mobiliser les 4 compétences autour d’un document authentique
Thème : ville et campagne, nature, amour
Public :
Niveau intermédiaire ou avancé
Matériel :
Cassette FDLM ou l’album « Samedi soir sur la terre » de F. Cabrel et/ou « Des clips pour apprendre 1 » diffusé par le ministère des Affaires étrangères français (vidéo disponible dans les Centres culturels, Alliances Françaises, Instituts français... ou auprès du ministère des Affaires étrangères, Direction de l’action audiovisuelle, 244 bd St Germain, 75007 Paris, sur demande écrite).
Sites Internet intéressants :
http://www.franciscabrel.com/ (site officiel), http://cabrel.endirect.qc.ca/, http://www.paroles.net, http://www.chartsinfrance.net

ACTIVITÉS


1. Compréhension orale : discriminer les sons et les temps
->Distribuez le doc. 1 et expliquez aux apprenants qu’ils doivent remplir les blancs à partir de la deuxième écoute. La première écoute doit se réaliser sans contrainte didactique.
->Le document sera écouté plusieurs fois si nécessaire (avec des interruptions si nécessaire).
->Quand une bonne partie de la classe a rempli les blancs, demandez aux apprenants de comparer ce qu’ils ont entendu avec les résultats de leurs voisins. Laissez-les discuter et se mettre d’accord voire se déplacer pour aller chercher conseil un peu plus loin.
2. Compréhension écrite : interpréter le contenu et construire du sens
->Procédez à la correction au tableau.
->Demandez aux apprenants d’identifier les infinitifs des verbes concernés et faites-les noter en bout de ligne sur le doc.1
->Identifiez collégialement les temps utilisés et travaillez le sens des phrases et du texte : l’automne/ le romantisme.
->Construisez collégialement le sens à donner à ce qui n’est pas encore connu : lexique, références culturelles.
->Clarifiez collégialement l’utilisation du présent : les 4 verbes concernés devraient être au futur, mais ne le sont pas pour des raisons mélodiques.
->Rappelez collégialement : construction, conjugaison, emploi et valeurs du futur simple.
->Justifiez l’utilisation du futur par le chanteur.
3. Expression orale : formuler des hypothèses, commenter, analyser, décrire (Phase non obligatoire au vu de l’objectif grammatical)
a- Si vous n’avez que la cassette :
->En binôme, demandez aux apprenants de repérer les indices textuels qui permettent de savoir à qui parle le chanteur et pourquoi (références à l’enfance).
->Travaillez ensuite sur la personnalité de ce chanteur : musique et paroles permettent aisément de dégager son profil puis introduisez le doc. 2 (pages de sites modifiées).
b- Si vous n’avez que le clip :
->En binôme, demandez aux apprenants de repérer les indices textuels et iconographiques qui permettent de faire le lien entre le contenu du texte et sa scénarisation.
->Ne négligez pas de donner quelques explications sur l’aspect esthétique de la vidéo : hommage au photographe R.Doisneau et sur le message clairement antiraciste du clip.
->Travaillez ensuite sur la personnalité de ce chanteur : musique, paroles et clip permettent aisément de dégager son profil puis introduisez le doc. 2 (pages de site modifiées).
4. Expression écrite  : raconter, pasticher et/ou anticiper
a - à la manière de...
->Utilisez un autre mois marquant de l’année (ex. : décembre, mai et juillet) pour la métropole ou autre en fonction du pays dans lequel vous enseignez (ex. : mois fort de la saison chaude) et demandez aux apprenants de produire un texte au futur, à la manière de Francis Cabrel, pour décrire ce qui se passera dans leur pays d’accueil (France) ou chez eux à ce moment-là.
b- Quand octobre aura passé... (si vous sentez que le futur antérieur peut être abordé par ce biais)
->Aujourd’hui, Francis Cabrel imagine ce qui se passera en octobre (futur), demandez aux apprenants de raconter ce qui se sera passé, ce qui aura existé en octobre (futur antérieur) et qui sera fini quand on sera en novembre.

Document n°1


Octobre


Le vent ................ craquer les branches
La brume ................... dans sa robe blanche
Y’................ des feuilles partout
......................... sur les cailloux
Octobre .................... sa revanche
Le soleil .................... à peine
Nos corps ............................. sous des bouts de laine
...................... dans tes foulards
Tu ................. le soir
Octobre ....................... aux fontaines
Il y ................. certainement
Sur les tables de fer blanc
Quelques vases vides qui .......................
Et des nuages .................. aux antennes
Je t’................ des fleurs
Et des nappes en couleurs
Pour ne pas qu’octobre nous .....................
On ................... tout en haut des collines
Regarder tout ce qu’octobre .........................
Mes mains sur tes cheveux
Des écharpes pour deux
Devant le monde qui ..........................
Certainement ....................... sur des bancs
Il y .................. quelques hommes qui .............................
Et des nuages ....................... sur les antennes
Je t’............ des fleurs
Et des nappes en couleurs
Pour ne pas qu’octobre nous .........................
Et sans doute on .................... apparaître
Quelques dessins sur la buée des fenêtres
Vous, vous .................... dehors
Comme les enfants du nord
Octobre ................. peut-être
Vous, vous ....................... dehors
Comme les enfants du nord
Octobre ...................... peut-être

Paroles et musique : Francis Cabrel

Document n°2

Une biographie de Francis Cabrel
(d’après http://www.chartsinfrance.net et http://www.franciscabrel.com/
Sur Chante France, vous entendez des chansons issues d’un village de 1912 âmes niché entre Garonne et Gers et vous ne le savez pas... Pourtant vous connaissez tous un certain mousquetaire de la chanson française à l’accent chantant de son sud-ouest natal, influencé par Bob Dylan, Neil Young et Leonard Cohen.
D’origine italienne et issu d’un milieu modeste, Francis Cabrel naît à Agen le 23 novembre 1953 et grandit à Astaffort. Après avoir fait ses classes dans les bals locaux avec Ray Frank et les Jazzmen bientôt rebaptisés Les Gaulois, Francis Cabrel gagne à l’automne 74, le concours de chanson de Sud Radio avec la chanson « Petite Marie » dédiée à sa femme Mariette. Mais quelques années le séparent encore du succès, malgré un premier disque Ma ville, les concerts à l’Olympia en première partie de Dave et le prix du Public au Festival de Spa en Belgique. En 79, Cabrel enregistre, en pleine vague disco, Les Chemins de traverse et, propulsé par le classique « Je l’aime à mourir », se retrouve, avec ses cheveux longs et ses moustaches, sur le chemin de la gloire. Devenu populaire, le chanteur enchaîne alors les succès « L’Encre de tes yeux » [et] « La Dame de Haute-Savoie » et peaufine son style entre de délicates chansons d’amour et d’électriques ballades rythm’n’blues. Petite révolution : en 1983, l’homme d’Astaffort se coupe les cheveux et délaisse son univers intimiste pour se préoccuper de la détresse des immigrés [avec] « Saïd et Mohamed » ou dénoncer un certain machisme [dans] « Leïla et les chasseurs ». À l’occasion du baptême de sa fille Aurélie, il écrit même « Il faudra leur dire », titre chanté par des enfants et accompagné d’un court métrage sur la leucémie.
Habitué du Top 50 français, Francis Cabrel décide de se faire discret. Il s’octroie trois années de silence pendant lesquelles il fréquente les terrains de boules et pratique la pêche à la ligne dans son petit village du Lot-et-Garonne. Il se construit néanmoins le studio dans lequel il enregistre, en 1989, l’album aux deux millions d’exemplaires vendus, le fameux Sarbacane incluant le 45 tours « Sarbacane » dédié à sa fille et « C’est écrit ». De tournées en concerts (pour Les Restos du Cœur ou Solidarité Enfant Sida), il s’accorde en 1990, une petite récréation sous forme de reprises de standards du rock’n’roll américain avec Dick Rivers, sur la scène du Bataclan à Paris. Puis, il sillonne le Québec, l’Amérique du Sud et l’Europe et le prouve brillamment avec la sortie, en 1991, du triple album live D’une ombre à l’autre, l’année de la naissance de sa seconde fille, Manon.
Ce n’est qu’en 94, que [sort] son très attendu huitième album : Un samedi soir sur la terre, opus qui lui vaudra, en février 95, aux Victoires de la Musique, le titre de Meilleur album de l’année 1994. Cabrel recevra aussi le Trophée RFI/Conseil de la Francophonie pour la chanson « Je t’aimais, je t’aime, je t’aimerai » (vingt ans après « Petite Marie »). Devenu conseiller municipal de sa ville d’Astaffort, il parraine les « Rencontres d’Astaffort », rassemblement de jeunes auteurs-compositeurs-interprètes venus apprendre le métier au contact d’une équipe de professionnels et monte un label, Cargo.
[En avril 1997, sort un livre de photos faites par Claude Gassian : Hors Saison qui, en 1999, donne son nom à un album couronné d’or. Entre temps, en 1998, paraît Algo mas de amor enregistré principalement en espagnol et dont « Vengo a ofrecer mi corazon » (Je viens offrir mon cœur) est un duo réalisé avec la chanteuse argentine Mercedes Sosa. En 2000, le triple CD Double Tour, enregistré en public, devient disque d’or].

P.-S.



Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.