Skip to content

Accueil > Didactique des cultures en FLE > Élaborer un dépliant touristique

Élaborer un dépliant touristique

Proposition de projet bilingue (anglais/français)

le mardi 2 juin 2009, par CANDAU olivier-serge

La complexité linguistique de Saint Martin n’étant plus à démontrer, on se bornera à rappeler que les études menées dans les établissements scolaires de l’île confirment la nécessité de prendre en compte cette réalité multilingue au sein de l’apprentissage. La généralisation de l’enseignement en deux ou plusieurs langues n’étant pas encore une donnée effective , nous proposerons une séquence pédagogique ayant pour but de participer au développement des compétences plurilingues. L’enjeu de ce projet est de réfléchir à un parcours d’apprentissage simple, articulé autour d’objectifs opérationnels, finalisé par une production écrite et orale.

CANDAU Olivier-Serge
L.P.O des îles du Nord
97150 St Martin
2008/2009

Découvrir le patrimoine saint martinois : l’exemple du Guavaberry


Proposition de projet bilingue en classe de Lycée

1. Présentation du projet

La complexité linguistique de Saint Martin n’étant plus à démontrer, on se bornera à rappeler que les études menées dans les établissements scolaires de l’île confirment la nécessité de prendre en compte cette réalité multilingue au sein de l’apprentissage. La généralisation de l’enseignement en deux ou plusieurs langues n’étant pas encore une donnée effective , nous proposerons une séquence pédagogique ayant pour but de participer au développement des compétences plurilingues. L’enjeu de ce projet est de réfléchir à un parcours d’apprentissage simple, articulé autour d’objectifs opérationnels, finalisé par une production écrite et orale. L’ensemble devra s’organiser sous la forme d’un jeu de rôle. Il s’agira de permettre aux élèves de produire une brochure touristique bilingue valorisant un aspect du patrimoine saint martinois. La réalisation de ce dépliant devrait être assortie d’une présentation à l’office du Tourisme de Marigot, et d’une exposition coordonnée par une visite guidée en deux langues.

L’enjeu de ce travail est la consolidation des composantes communicatives fondamentales : linguistique, et discursive, et ce de façon simultanée dans les deux langues. Ces deux compétences devront être relayées par la compétence métalinguistique, dans la mesure où cette capacité à discourir sur une langue et son fonctionnement permet à l’élève d’apprécier ses progrès dans la maîtrise langagière.

Les travaux des élèves devraient donc permettre de consolider la maîtrise des langues I et II et des interactions langagières qui participent de cette « bilingualité en construction [1] . Notre projet s’inscrit au cœur de quatre principes fédérateurs :

- Ce projet s’inscrit pleinement dans une approche de pédagogie différenciée. La possibilité pour chaque élève d’intervenir dans une langue ou dans l’autre, doit lever les inhibitions liées aux interférences et situations d’interlangue. On veillera à ce que le mode d’évaluation puisse être assez varié pour intégrer la production et l’intervention de chacun d’entre eux (présentation orale, écrite, accueil bilingue des touristes, etc.). D’autre part, on veillera à favoriser le travail de groupe pour faire émerger la reformulation par groupe et l’autocorrection. On veillera à montrer aux élèves que la dimension linguistique est indissociable d’une perspective citoyenne : la maîtrise des deux langues, la réduction des situations d’interlangue, certes nécessaires, mais dont il faut combattre la fossilisation, conduit seule au respect d’une culture multilingue complexe, si souvent perçue - et ce à tort !- comme un handicap à l’acquisition des compétences scolaires.

- L’approche actionnelle telle qu’elle peut l’être définie dans le Cadre Européen Commun de Référence : « La perspective privilégiée ici est, très généralement aussi, de type actionnel, en ce qu’elle considère avant tout l’usager et l’apprenant d’une langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donnés, à l’intérieur d’un domaine d’action particulier ». Le terme de « tâche » devra s’entendre comme [2] une « (…) visée actionnelle que l’acteur se représente comme devant parvenir à un résultat donné en fonction d’un problème à résoudre, d’une obligation à remplir, d’un but qu’on s’est fixé. ». On ne peut parler de tâche que dans la mesure où une action peut-être guidée par un besoin ou un objectif distinctement perçu par un apprenant. A ce titre la tâche devra donner lieu à un résultat identifiable, et donc évaluable. Pour être opératoire, le projet ici doit être déclinable en activités susceptibles de mobiliser les connaissances et les compétences des élèves. On fera ici le choix d’activités courtes, simples, et ciblées vers la réalisation d’une brochure et d’une visite guidée. On écartera donc toute activité d’écriture jugée trop longue, et trop complexe dans le cadre de notre projet.

- Ce projet s’appuie sur une approche bilingue En effet, la langue étrangère ne fera pas l’objet d’un apprentissage en tant que tel, mais devra servir d’outil de communication. On exclura donc d’emblée l’idée de réduire ce projet à un vague exercice de traduction. Il ne s’agira donc à aucun moment d’assurer la transition entre langue I et II sur le mode systématique de la comparaison grammaticale. Au contraire on aura soin de faciliter au maximum la fluidité entre les langues. A l’inverse on essaiera de favoriser les temps d’analyse contrastive, à certains moments de la séquence, mais ce de façon ponctuelle et toujours dans l’idée de permettre aux élèves de percevoir la grammaire comme liée à une représentation du monde. Ainsi choisira-t-on d’aborder chacune des deux langues comme instruments tout autant que comme objets d’apprentissage : l’élève doit apprendre avec mais aussi dans la langue, qu’elle soit Langue I ou langue Cible.

- Une situation de communication authentique. Le multilinguisme saint martinois lié à la complexité de son histoire ne mérite pas d’être réduit à l’artifice de certains exercices structuraux (dont l’intérêt ne peut se limiter qu’à fixer les compétences acquises sans pour autant leur donner une réelle finalité). Cette volonté, même délibérément modeste de finaliser l’activité par une brochure et une visite guidée, répond à différents enjeux : inscrire une activité scolaire dans un cadre socio-économique réel (l’économie du Tourisme saint martinoise), construire un partenariat (correspondance électronique possible avec le Lycée de St John à Antigua, dont la visite prévue en mai 2008 annulée, sera reconduite cette année).

2. Modalités de mise en œuvre

Objectif : - Fabrication d’un produit bilingue (élaboration d’un dépliant touristique assorti d’une visite bilingue)
Public -cible : - Un groupe d’élèves de niveau C2 en français.
- Un groupe d’élèves B2-C1 en anglais.
- Les groupes seront à géométrie variable, et de niveau hétérogène, et susceptible de modification à chaque séance, pour multiplier les interactions langagières entre les élèves, et éviter la fossilisation des comportements. (Notamment éviter qu’un élève ne s’exprime que dans une langue).
Matériel pédagogique : - Distribution de fiches pédagogiques (auto-évaluation) en vue de l’élaboration d’un passeport langagier.
Thématiques : - Tourisme décliné à travers trois domaines de prédilection :

  • L’homme et la terre : Fabrication de produits régionaux
  • L’homme et la mer : le patrimoine naturel (intégration du latin avec classes de collège, les pétroglyphes / la randonnée.).
  • L’homme et son histoire : présentation culturelle d’une communauté anglophone vivant à St Martin.
Finalités : - Présentation de la brochure à l’Office du Tourisme de Marigot.
- Présentation à une classe de lycée ( Possibilité de partenariat avec le lycée de St John, « Antigua Grammar School »).
Compétences mises en place : - Pôle compréhension :

  • Écrite : recherches documentaires sur les trois domaines de recherches.
  • Orale : enquête à mener auprès des professionnels du secteur concerné.



- Pôle production :

  • Écrite : réalisation d’un écrit répondant à des normes spécifiques. (Progression logico-visuelle, discursive et lexicale).
  • Orale : présentation de la brochure à l’Office du Tourisme et à la classe d’Antigua (présentation filmique).

3. Présentation synoptique de la séquence

3.1 Compétences linguistiques  [3]
« Elle s’efforce d’identifier et de classer les composantes principales de la compétence linguistique définie comme la connaissance des ressources formelles à partir desquelles des messages corrects et significatifs peuvent être élaborés et formulés et la capacité à les utiliser ».

On s’intéressera d’abord aux compétences linguistiques, recouvrant des objectifs et une démarche particulière. Les objectifs sont définis par le Cadre Européen Commun de Référence. Il s’agit de maximiser les compétence écrites et orales. Cela se décline en cinq compétences :

  1. Compétence lexicale
  2. Compétence grammaticale
  3. Compétence sémantique
  4. Compétence orthographique
  5. Compétences phonologiques

Ces compétences trouveront deux échos dans notre projet :

  1. Exprimer la transformation à travers le lexique.
  2. Comparer l’expression de la transformation en anglais/ français.

Notre démarche pédagogique s’appuie sur plusieurs pré-requis :

  1. Savoir reconnaître un texte scientifique d’un texte de vulgarisation.
  2. Savoir exprimer le but.

Les tâches visées dans ce projet seront les suivantes :

  1. Comprendre les étapes de la fabrication :
  2. Écrire une lettre (en anglais).
  3. Travailler la prosodie lors des simulations

3.2 Compétences socio-linguistiques
« La compétence sociolinguistique porte sur la connaissance et les habiletés exigées pour faire fonctionner la langue dans sa dimension sociale ».

Les objectifs retenus seront les suivants :
- Insérer des marqueurs des relations sociales :

  1. Règles de politesse
  2. Expressions de la sagesse populaire
  3. Différences de registre
  4. Dialecte et accent

Dans notre projet, on sera attentif aux points suivants :

  1. Être capable d’utiliser le jargon journalistique
  2. Intégrer son auditoire anglophone dans la présentation du produit.

Notre démarche s’appuiera sur les pré-requis suivants :

  1. Avoir une connaissance de l’anglais vernaculaire (« saint martin english ».).
  2. Connaître l’environnement culturel saint martinois.

Les tâches requises seront les suivantes :

  1. Approche contrastive des langues.
  2. Élaborer un passeport linguistique.
  3. Étude d’un document sonore promotionnel.
  4. S’exercer à la mise en voix/ théâtralisation de la présentation.

3.3 Compétences fonctionnelles
"Cette compétence recouvre l’utilisation du discours oral et des textes écrits en terme de communication à des fins fontionnelles".

Les objectifs définis par le Cadre sont les suivants :

  1. Donner et demander des informations
  2. Faire faire (suggérer ) : requêtes, invitation/offres, attirer l’attention, s’adresser aux gens.
  3. Établir des relations sociales

Le projet s’appuie sur les points suivants :

- Être capable de formuler une requête

  1. Préparer des visites de terrain (Colombier/ Phburg).
  2. Rédiger un courrier de remerciement pour l’accueil du groupe.
  3. Soutenir une action écologique dans un éditorial.

- Organiser un compte-rendu

- Intégrer un auditoire dans une présentation orale.

La démarche s’appuie sur les pré-requis suivants :

  1. Savoir reconnaître un texte scientifique d’un texte de vulgarisation.
  2. Connaître les caractéristiques discursives d’un compte-rendu.
  3. Maîtriser les outils linguistiques de la cohésion/cohérence.

Les tâches seront les suivantes :

  1. Élaborer un compte-rendu oral « les processus d’élaboration du Guavaberry ».
  2. Être capable d’une longue prise de parole ordonnée.

1ère Partie : Élaborer une brochure

Lire/Écrire

Séances 1 à 7

Séance 1 « Présenter le projet »

Temps imparti  :
- 20 mn

Dominante  :
- Français/Anglais

Problématique  :
- Quels sont les enjeux d’un projet bilingue ?

Support :
- Aucun.

Objectifs :
- 1. Définir les grandes lignes du projet :

  1. Approcher la langue cible non plus comme un objet d’étude mais un moyen d’enseignement.
  2. Valoriser le patrimoine saint martinois

- 2. Définir les outils nécessaires à la réalisation : multimédia, enquêtes de terrain, rencontre avec les professionnels.

Démarche et Dispositif :
- Intervention de chacun des professeurs et définition du champ d’intervention :
- 1. Anglais / Français : rappel de la notion de DNL (discipline non linguistique.). Les enjeux s’inversent : l’anglais devient langue de communication privilégiée et le français langue d’étude (analyse du discours scientifique etc.).
- 2. Documentation : aide à la recherche d’informations, aide à la réalisation de la brochure, préparation des rencontres.

Prolongement :
- Se procurer des représentations.

Séance 2 : « Découvrir le Guavaberry »
Temps imparti :
- 1 heure

Dominante :
- Français

Problématique :
- Quelles images de SXM sont véhiculées à travers la représentation du Guavaberry ?

Support :
- Groupement d’images publicitaires extraites du site www.guavaberry.com
- Seule l’image principale sera analysée. Les vignettes proposées ne seront proposées qu’à titre d’images complémentaires : elles ne servent qu’à montrer les produits dérivés.

Objectifs :
- Trier et sélectionner des informations
- Réfléchir au lien entre le support et le choix de l’information véhiculée.

Démarche et Dispositif
- L’image principale intègre l’anglais et le français, ce qui devrait constituer une entrée en matière symbolique dans ce projet bilingue. Néanmoins, la séance aura lieu en français.
- L’analyse de l’image conduite par les élèves se fera selon une approche sémiologique. Les élèves auront d’abord à travers un questionnaire à aborder l’image de façon référentielle. (concernant d’abord les éléments plastiques puis graphiques). Dans un second temps ils seront amenés à réfléchir à la signification de l’image : d’une part à la naturalisation de l’image (ce qui en d’autres termes vise à crédibiliser l’image et donc à impliquer d’autant plus le spectateur), pour comprendre d’autre part les représentations culturelles véhiculées dans les images.
- Chaque étape de l’analyse sera ponctuée par une synthèse menée par le secrétaire de séance.
- La synthèse devra se clore sur un bilan rapide concernant les représentations culturelles associées à l’image.
- Il serait pertinent, si le temps le permet de permettre aux élèves de discuter cette représentation culturelle au sein d’un court échange.

Prolongement
- Cette séance sera poursuivie par un travail écrit en anglais. On demandera aux élèves de produire un court discours argumentatif sous la forme d’un réquisitoire qui dénoncera la vision réductrice de cette publicité. Ce réquisitoire pourra prendre la forme d’une lettre ouverte au magazine. On veillera à ce que l’argumentation soit construite et exemplifiée.

Déroulement
- On présentera rapidement le support publicitaire, ainsi que la problématique. (Il s’agit d’un montage : l’image principale de gauche est tirée de Saint Martin/ Sint Maarten nature, 2007, n°11. Les vignettes proposées sur la partie droite du document sont issues du site guavaberry. Cette précision est importante, puisque ces images sont des supports publicitaires à visée commerciale. Néanmoins, la présence de l’image de gauche dans une revue dont le sous-titre est « Découverte, Patrimoine, Activités » intègre le guavaberry dans une nouvelle approche du tourisme à St Martin. Or on ne perdra pas de vue que les élèves auront à produire une brochure touristique à destination des croisiéristes. On se placera donc résolument dans la perspective d’un tourisme éclairé : à ce titre l’étude de la fabrication du Guavaberry se place dans une politique de valorisation du patrimoine culturel et naturel. On attendra donc des élèves que cet aspect transparaisse dans la production écrite proposée en prolongement de la séance.
- Après distribution du document, on donnera la parole aux élèves pour exprimer leurs premières hypothèses d’analyse. On pourra par exemple commencer par quelques questions appelant des réponses courtes, qui devront être appuyées par une analyse rigoureuse menée grâce aux tableaux suivants.
- On distribuera une grille d’analyse simplifiée aux élèves. On veillera à ce que les éléments du tableau soient compris par tous.

Supports de travail
Questions préparatoires  :
- Citez les éléments qui renvoient à la culture saint- martinoise.
- Quels sont les indices visuels qui participent à la mise en valeur du produit « Guavaberry » ?
- En vous appuyant sur les caractéristiques physiques et vestimentaires du personnage de la photo vous montrerez quel type de client vise la publicité.

Grille d’analyse à destination des élèves

- Description de l’image
- On attendra des élèves qu’ils réfléchissent aux éléments plastiques : à la fois la composition de cette image mais aussi la distribution des couleurs sur l’image. On attendra aussi une réflexion sur les éléments graphiques : Messages écrits (langue, police, localisation sur l’image) concernant directement le produit, ainsi que les autres mentions écrites.

- On veillera à ce que les élèves insistent sur la multiplicité des formes géométriques dans l’image, le choix des couleurs chaudes, l’intégration de la marque dans les deux langues, selon de polices différentes.

- Analyse de l’image
- On insistera sur la naturalisation de l’image [4] : angle de vue et lignes de forces. Ils devront aussi s’interroger sur la portée culturelle de l’ image : autant les éléments rattachés à la culture que l’empreinte de la marque sur le produit.
- On veillera à de que les élèves rendent signifiantes les remarques descriptives de la première partie. On s’attendra par exemple à ce qu’ils notent que le toit placé en haut de l’image sert tout autant à naturaliser l’image (rappeler au spectateur la localisation de la boutique dont l’adresse est indiquée en bas, activer l’imaginaire exotique caribéen, tout autant qu’à encadrer de façon méta-visuelle l’image elle-même.).
- On rappellera aux élèves que le choix de l’illustration pour la brochure ne devra donc pas être anodine, mais qu’elle oriente un certain nombre de représentations idéologiques.

Séance 3 : Quelles sont les étapes de la distillation ?
- Le cours vise à l’explication de la distillation en français. Il s’agira de comprendre les mécanismes de fabrication de l’alcool. Cette séance se veut propédeutique à la visite d’une étude de terrain à Colombier, le mercredi 21 Janvier.Par ailleurs, il s’agira aussi de satisfaire une visée pragmatique (en vue de la production finale) : comment les apprenants pourront-ils, à partir de la connaissance de l’élaboration de la liqueur, présenter les étapes de façon simple à des touristes ?

1.Objectifs pragmatiques
- Compétence discursive :
- Connaître et savoir utiliser le jargon de spécialité
- Repérer la structure textuelle et ses éléments de cohérence
- Repérer et réutiliser les outils linguistiques exprimant la transformation
- Compétence fonctionnelle :
- Présenter les étapes de la distillation (ses procédés de fabrication) sous forme de compte-rendu oral
- Justifier les stratégies utilisées pendant les étapes de fabrication en vue d’un effet particulier (renforcement des arômes, accroissement de la longévité…..).

2.Support-
- Le support « St-Pol, la richesse du genièvre du temps de jadis ! », (http://www.st-pol.be/stookprocesfr.html ). Nous avons choisi de travailler sur une plante,que l’on trouve au Bénélux ( à la fois pour le lien indirect avec la partie hollandaise) mais aussi pour que les élèves puissent utiliser un modèle en vue de l’élaboration du leur.

3. Démarche
- Les pré-requis sont les suivants :
- savoir reconnaître un texte scientifique d’un texte de vulgarisation
- connaître les caractéristiques discursives d’un compte-rendu
- savoir exprimer le but

- 4. Les tâches à accomplir :
- Travail sur l’organisation textuelle : repérer les éléments linguistiques (logiques et sémantiques) marquant les grandes étapes du texte
- savoir déterminer les opérations nécessaires à l’élaboration de critères de qualité

Consigne :
- « Vous remplirez le schéma simplifié du processus de fabrication du vin rouge ».

Temps :
- 10mn.

Démarche :
- Les apprenants remplissent le tableau (travail par groupe de niveau hétérogène). Par la suite le travail est corrigé par une mise en commun. (le schéma est proposé vierge aux élèves).
- Dans un deuxième temps, les élèves ont à observer observer un discours scientifique . (ils doivent repérer les outils linguistiques du discours scientifique et les moyens lexicaux utilisés pour traduire les processus de transformation).
On se reportera aux activités proposés en pièce jointe.

Séance 4 : « Découvrir la culture du Guavaberry. »

Temps imparti :
- 1 demi-journée

Dominante :
- Anglais

Problématique :
- Quel est le parcours de fabrication de la liqueur ?

Support :
- Étude de terrain
- Observation de la plante sous des formes variées

Objectifs :
- Sélectionner les informations essentielles pour l’élaboration de la maquette
- Utiliser un anglais technique
- Favoriser le travail d’équipe en vue de l’échange en situation authentique.
- Descripteur : B2
- Je peux comprendre les idées principales d’interventions complexes du point de vue du fond et de la forme, sur un sujet concret ou abstrait et dans une langue standard, y compris des discussions techniques dans son domaine de spécialisation.

Démarche et Dispositif
- Présentation de la zone de Colombier : spécificités géologiques et végétales.
- Observation du terrain.
- Présentation des étapes de la constitution de la liqueur. (Stockage, macération, mélange, conservation).
- Bilan de la sortie : retour sur la prise de notes, et premières hypothèses sur l’élaboration de la maquette.

Prolongement :
- Écrire une lettre de remerciement à destination de ceux qui nous ont accueillis au cours de la visite de Colombier. Dans cette lettre, les élèves devront montrer l’importance de cette visite dans l’élaboration du projet.

Séance 5 : « Rédiger un courrier de remerciement »

Temps imparti :
- 1 heure

Dominante :
- Anglais

Problématique :
- Comment formuler un courrier de remerciement ?

Support :
- Production personnelle des élèves
- Référentiel de compétences :

  1. Fonctionnel :
    1. Progression discursive
  2. Linguistique :
    1. Utilisation des temps
    2. Expression de la causalité et du but.
  3. Sociolinguistique :
    1. Respecter la situation de communication : saluer, prendre congé, utiliser un niveau de langue approprié.
    2. Proposer une invitation

Descripteur : B2
- Je peux écrire des lettres exprimant différents degrés d’émotion, souligner ce qui est important pour lui/elle dans un événement ou une expérience et faire des commentaires sur les nouvelles et les points de vue du correspondant.

Démarche et Dispositif :
- Comparaison des lettres rédigées à la maison. (Elles ont été préalablement rendues au professeur qui les a réunies en un seul document dactylographié).
- Rappel des critères attendus :

  1. Énonciatifs (quelles sont les marques de la lettre ?)
  2. Discursifs (Quels sont les outils de cohérence/ cohésion d’un discours)
  3. Pragmatique (Cette lettre répond-t-elle aux attentes fixées ?)
    - Constitution de trois groupes. Chaque groupe étudie le corpus de lettres selon le critère déterminé. Il propose des corrections/ reformulations.
    - Synthèse : proposition d’une lettre type à envoyer à la famille qui nous a reçus.

Séance 6 : What’s infusion ?
- Le cours vise à l’explication de l’infusion en anglais. Cette séance est proposée après la visite de la fabrication du Guavaberry à Colombier.
- Niveau visé : B2
- Rappel des descripteurs du niveau :
- Je peux obtenir renseignements, idées et opinions de sources hautement spécialisées dans son domaine. Je Peux comprendre des articles spécialisés hors de son domaine à condition de se référer à un dictionnaire de temps en temps pour vérifier la compréhension.
- Objectifs pragmatiques :

  1. Compétence discursive :
    1. Connaître et savoir utiliser le jargon de spécialité
    2. Repérer les structures grammaticales exprimant le processus
    3. Être capable de comparer un point grammatical en anglais et en français
      - Compétence fonctionnelle :
    4. Présenter les étapes de la fabrication du Guavaberry sous forme de compte-rendu oral
    5. Rendre vivant un compte-rendu par des stratégies d’accroche de l’auditoire

1.Support
- Le support « A liqueur is an alcoholic beverage ».

2. Démarche
- Pré-requis

  1. Connaître le lexique de la plante + macération
    - Tâches à accomplir
    1. Comprendre les étapes de la fabrication

Objectifs :
- Être capable de restituer de façon globale un processus de fabrication simple

    1. Consigne 1 : « Repérer l es outils grammaticaux utilisés pour exprimer le processus. ».

Temps :
- 20mn.

Démarche :
- Lecture par un élève + rétro-action.
- Proposition d’éléments Comparaison systématique avec le français. (Lexique, nominalisation, passivation, infinitif).
- Exercices de reformulations avec passage de phrases nominales/verbales.
- Compte-rendu global du processus par un élève.

Consigne 1 :
- « Sélectionnez des éléments sur lesquels vous aimeriez attirer l’attention de l’auditoire. Proposez une façon ludique de les présenter, ou de les dissimuler tout en aiguisant l’intérêt de votre auditoire. ».

Temps :
- 10mn.

Démarche :
- Repérage des mots à mettre en valeur+ justification.
- Réflexion autour du comique de mot/ situation.
- Mise en situation comique.
- Simulation globale + rétro-action.

Séance 7 : « Étudier le circuit de vente »
- Temps imparti :

    1. 1 heure pour la préparation de l’interview
    2. 1 demi-journée pur la visite

Dominante :
- Anglais

Problématique :
- Quelles les étapes de la commercialisation du produit ?

Support :
- Visite guidée à Phburg : Maison du Guavaberry.

Objectifs :
- Fonctionnel :

  1. Formuler une requête
    - Linguistique :
  2. Les marques interrogatives.
  3. Lexique technique : « factors and means of production, business ».
    - Sociolinguistique :
  4. S’adresser à un destinataire/ savoir mener un échange plus ou moins structuré.

Descripteur : B2
- Je peux conduire un entretien avec efficacité et aisance, en s’écartant spontanément des questions préparées et en exploitant et relançant les réponses intéressantes.
- Je peux prendre des initiatives dans un entretien, élargir et développer ses idées, sans grande aide ni stimulation de la part de l’interlocuteur.

Démarche et Dispositif :
- Préparation préalable des questions
- Travail de correction de la langue
- Simulation en petits groupe.

Séance 8 : « Produire une brochure »
- Temps imparti :
- 2 heures :

  1. Une heure pour la constitution de la maquette
  2. Une heure pour le travail de traduction

Dominante :
- Français

Problématique :
- Comment rendre signifiants des choix de publication ?

Support :
- Ensemble de la séquence
- Maquette de brochure proposée par les élèves

Objectifs :
- Synthétiser l’ensemble de la séquence.
- Élaborer une brochure.

Démarche et Dispositif :
- Aperçu des maquettes proposées par les élèves : tour de table et justification.
- Rappel par le professeur documentaliste des éléments techniques d’une brochure.
- Vote des élèves autour d’une brochure type.
- Constitution de groupes : travail sur les éléments spécifiques définis par le professeur documentaliste.
- Tour de table et choix d’une maquette.
- Pendant la deuxième heure, les élèves travailleront sur la traduction.

Prolongement :
- Recherche d’éléments littéraires pour illustrer la dernière partie de la brochure/ peinture autour du Guavaberry+ poèmes/chanténwel.

2 ère Partie : S’adresser à un auditoire
- Parler
- Séances 9 à 11

  1. Les trois séances suivantes ont pour objectif principal de préparer l’accueil des croisiéristes.
  2. Les séances sont fédérées par des descripteurs de niveaux différents afin de répondre à l’hétérogénéité du groupe et de permettre à chacun de réaliser son propre défi.

Séance 9 : « Relever les compétences orales »

Temps imparti :
- 1 heure

Dominante :
- Anglais

Problématique :
- Quels sont les outils discursifs pertinents pour véhiculer un message ?

Support :
- Document vidéo : 2 présentations promotionnelles touristiques.

Objectifs :
- Sociolinguistiques :

  1. Utiliser les outils de langue appropriés à la présentation du produit (intonation registres de langue,
  2. Pragmatique (discursif)
    1. Construire une grille d’analyse du discours

Descripteur : B2
- Je peux comprendre la plupart des journaux et des magazines télévisés.
- Je peux comprendre un documentaire, une interview, une table ronde, une pièce à la télévision et la plupart des films en langue standard.

Démarche et Dispositif
- Écoute collective des deux enregistrements sonores.
- En groupe, les élèves notent les points forts et faibles des participants : que l’on fera inscrire sur deux colonnes.
- 2ème écoute des enregistrements
- On proposera un premier bilan des observations : registre de langue (on y intégrera le degré de technicité) + le lien thème-arguments + la structure de l’intervention + le degré de pertinence des informations données)+ les éléments prosodiques.
- On fera comparer les éléments relevés dans les deux colonnes avec les éléments relevés précédemment.
- Préparer une grille d’intervention des locuteurs
- Déterminer le rôle des participants pour la prochaine séance.

Séance 10 : « Analyser les compétences orales »

Temps imparti :
- 1h.

Dominante :
- Anglais

Problématique :
- Comment intégrer l’interlocuteur dans son discours ?

Support :
- 1 des deux documents sonores .

Objectifs :
- Relever les marques de la persuasion ( modalisation, registres, place de l’allocutaire).
- Etudier le rôle de l’intonation.

Descripteurs : B2
- Je peux comprendre en tant qu’auditeur. Je peux suivre l’essentiel d’une conférence, d’un discours, d’un rapport et d’autres genres d’exposés éducationnels/professionnels, qui sont complexes du point de vue du fond et de la forme.

Démarche et Dispositif :
- Écoute du document sonore.
- Relevé par les élèves des marques de la persuasion.
- Classement des éléments au tableau.
- Écoute et relevé pour chaque élément d’une phrase.
- Justification des éléments utilisés.
- Retour collectif : quels choix opérer pour être opérant ?

Prolongement
- Chaque groupe choisit élément qu’il aura à présenter de façon persuasive.

Séance 11 : « Réaliser une simulation »

Temps imparti :
- 45 mn

  1. 5 mn : mise en place
  2. 20 mn : Simulation
  3. 20 mn : Analyse et perspectives.

Dominante :
- Anglais

Support :
- Grille d’évaluation orale.

Objectifs :
- Évaluation sommative des compétences sur l’ensemble du projet.
- S’adresser à un auditoire).
- Mettre en place une co-évaluation et une auto-évaluation
- Renforcer les liens entre les participants avant la rencontre avec le public authentique

Descripteurs : C1/ B2
- C1 : Je peux faire un exposé clair et bien structuré sur un sujet complexe, développant et confirmant ses points de vue assez longuement à l’aide de points secondaires, de justifications et d’exemples pertinents. Peut gérer les objections convenablement, y répondant avec spontanéité et presque sans effort.
- B2 : Je peux développer un exposé de manière claire et méthodique en soulignant les points significatifs et les éléments pertinents.Peut s’écarter spontanément d’un texte préparé pour suivre les points intéressants soulevés par des auditeurs en faisant souvent preuve d’une aisance et d’une facilité d’expression remarquables.

Démarche et Dispositif :
- Désignation du groupe évalué et des évaluateurs,
- Simulation filmée et rétro-action.

Prolongement :
- La séance pourra faire l’objet d’une nouvelle simulation devant un auditoire élargi (groupe classe), ce qui permettra d’ouvrir les perspectives quant au comportement du public (non averti sur le sujet).
- Les élèves auront à produire un éditorial en vue de défendre le tourisme vert à St Martin.

Produire un éditorial
- Consigne :

  1. Défendre un nouveau projet de tourisme vert à St Martin. (Rédiger un éditorial envoyé au journal local dans lequel les élèves prendront position pour valoriser leurs actions pour repenser la protection du patrimoine naturel saint martinois.

Niveau visé : C1
- Rappel des descripteurs du niveau :
- Je peux m’exprimer dans un texte clair et bien structuré et développer mon point de vue. Je peux écrire sur des sujets complexes dans une lettre, un essai ou un rapport en soulignant les points que je juge importants. Je peux adopter un style adapté au destinataire.
- Référentiel de compétences

  1. Respect de la situation d’énonciation
  2. Argumentation : convaincre et persuader
  3. Ancrage socioculturel saint martinois.

Grille d’évaluation lors de la simulation

Supports :
- 2 grilles d’évaluation orale extraites de Enseigner L’oral au secondaire, -Séquences didactiques intégrées et outils d’évaluation, éd. Chenelière Éducation, Langue et communication, chapitre 3, p.32 ; 5, p.99.

Objectifs :
- Préparer une prise de parole longue
- Évaluer la situation de communication sur le plan des compétences linguistiques, discursives, communicatives et interactives.

Temps :
- 10 mn (Simulation et 1ère évaluation par les pairs).
- 3 mn ( 2Ème évaluation par les pairs).

Consigne :
- Vous évaluerez la prestation orale en deux temps :
- lors de la prise de parole (Grille 1).
- A la fin de la prise de parole (Grille 2).

La grille porte en tête à la fois le nom de l’élève interrogé et celui de l’élève examinateur. Les modalités les modalités de l’échange seront évaluées par des signes + ou - pour chaque critère.

- 1.1 Compétences linguistiques
- Les critères retenus seront les suivants :

  1. Éléments prosodiques
    1. Intonation
    2. Débit
    3. Volume
  2. Correction de la langue
  3. Richesse de la langue
  4. Capacité de l’élève à se corriger pendant l’intervention.

1.2 Compétences discursives
- Les critères retenus seront les suivants :

  1. Progression dans le propos
  2. Formulation de son opinion
  3. Discours structuré
  4. Cohérence de l’information

1.3 Compétences communicatives
- Les critères retenus seront les suivants :

  1. Prise en compte de son auditoire
  2. Utilisation d’éléments mimo-gestuels
  3. Recours au support visuel
  4. Capacité à se détacher de ses notes

1.4 Évaluer le contenu de l’échange
- Les critères retenus seront les suivants :

  1. L’élève est intéressant
  2. L’élève paraît maîtriser son discours
  3. L’élève paraît bien préparé

- → Proposez deux questions que vous souhaiteriez poser à votre camarade :
- 
- 

.


titre documents joints

  • info document (Zip – 5.2 ko)

    exercices sur la syntaxe du discours scientifique

Notes

[1Bulletin Officiel du ministère de l’Education Nationale et Ministère de la Recherche, N°33 du 13 septembre 2001,
education.gouv.fr/bo/2001/33/encartd »

[2Cadre Européen Commun de Référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Division des langues vivantes, Strasbourg, Conseil de la Coopération culturelle, Comité de l’Éducation : « Apprentissage des langues et citoyenneté européenne », chapitre 2, « Approche retenue », « 2.1 Une perspective actionnelle » , pp.15-16 Didier, 2000.

[3p.85. 5.2 COMPÉTENCES COMMUNICATIVES LANGAGIÈRES 5.2.1 Compétences linguistiques, AfinChapitre 5, les compétences de l’apprenant/utilisateur. CONEIL DE LA COOPÉRATION CULTURELLE Comité de l’Éducation « Apprentissage des langues et citoyenneté européenne » UN CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE POUR LES LANGUES : APPRENDRE, ENSEIGNER, ÉVALUER DIVISION DESC LANGUES VIVANTES, STRASBOURG, 2000.p.85.200

[4On veillera à préciser ce que signifie le temre. Il s’agit ici de rendre naturelle une image : Nous reprenons la terminologie de M. Joly (1993), in Introduction à l’analyse de l’image, chapitre 3, « Images et prototypes », p.83. Il s’agit en d’autres termes d’étudier les procédés visuels qui permettront de rendre cette image crédible, c’est à dire de l’ancrer dans une réalité et donc convaincante.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.